Skip to content

Road Trip partie 4 : Sequoia National Park et côte californienne

Notre road trip se poursuivait donc en Californie, en vue de rejoindre le point final du parcours, San Francisco. Après plusieurs déserts traversés comme la Vallée de la Mort, Monument Valley, ou encore les hauts plateaux du Colorado, cette portion allait se révéler des plus dépaysante. En effet, nous allions côtoyer une nature extraordinaire, tantôt démesurée comme le Sequoia National Park ou ultra colorée comme le long de la côté californienne. Voici le récit de la dernière partie de ce road trip. Pour retrouver toutes les étapes de ce voyage, je vous invite à parcourir l’introduction.

Le programme au lendemain de notre journée dans la Death Valley promettait un changement radical d’ambiance. En effet, nous allions passer d’un lieu à la végétation quasiment absente à l’une des forêts les plus impressionnantes au monde. L’objectif de la journée était donc de parcourir le Sequoia National Park avant de rejoindre la côte californienne et la petite ville de Cambria.

JOUR 7 : SEQUOIA NATIONAL PARK – CAMBRIA

Nous quittions donc le camping de Kernville d’assez bonne heure afin de traverser la Sierra Nevada au niveau de Johnsondale et ainsi rejoindre le 100 Giants Trail, le site le plus réputé pour contempler les arbres géants. Nos plans allaient rapidement tourner court car c’est au terme de 40 km de route de montagne sinueuse que nous faisions face à une barrière interdisant l’accès à l’autre versant de la montagne, pour cause de travaux apparemment. Nous imaginions rapidement la longue route qui nous attendait afin de contourner l’obstacle. Avant de s’engager dans une nouvelle impasse, nous préférions prendre quelques renseignements auprès des locaux. Nous rencontrions ainsi un ranger à qui nous demandions comment rejoindre notre destination. Celui-ci nous répondait que le site de 100 Giants Trail était fermé en ce début de saison et que nous ne pourrions y accéder. La déception était grande tant nous espérions pouvoir contempler ces fameux sequoias de près. Ce dernier nous proposait tout de même quelques alternatives et nous indiquait l’itinéraire allant avec. Sur la base des conseils du ranger nous décidions de rejoindre la petite ville de Camp Nelson. Celle-ci ne se trouvait qu’à une vingtaine de kilomètres de notre emplacement mais le col étant fermé, c’est pas moins de 200km de route de montagne assortie de centaines de virages que nous allions devoir parcourir, de quoi vous rendre malade et épuiser votre patience ! Ce n’est finalement qu’en milieu d’après-midi que nous rejoignons la ville indiquée. Nous nous demandions alors comment nous allions pouvoir nous extasier devant de simples arbres après une route si fatigante. En plus de cela, aucun panneau ne mentionnait une quelconque forêt de Sequoias.

Road Trip - Sequoias

Nous rentrions donc dans une petite épicerie locale, tout droit sortie des années 50. Le vieux monsieur qui tenait l’échoppe nous indiquait un site avec des sequoias à quelques miles de là. Il fallait simplement suivre une route non goudronnée, s’affranchir de tous les panneaux « faites demi-tour » et « voie sans issue », bifurquer plusieurs fois à gauche et à droite, avant d’arriver au bout du chemin, de garer la voiture et de partir à travers bois : tout un programme ! A ce stade, nous avions l’impression d’être prêts à suivre tout et n’importe quoi tant nous étions à bout. Nous trouvions finalement miraculeusement ce qui ressemblait à la zone indiquée. Nous apercevions le long de la route un premier spécimen qui nous faisait retrouver le sourire. Il est vrai que celui-ci était assez impressionnant. Ce n’était rien en comparaison de ceux que nous allions rencontrer au cours de la randonnée à venir. En effet, après quelques centaines de mètres de marche à travers bois, nous tombions déjà sur plusieurs troncs dont les dimensions dépassaient notre imagination. Nous étions venus pour voir de grands arbres mais pas des montagnes végétales. Au fur et à mesure de notre balade, la densité de sequoias géants augmentait pour finalement tomber sur une forêt géante. On se serait crus dans Jurassic Park. Certains spécimens devaient dépasser les 50 m de haut et 10m de large.

Hiking between giants

Se tenir au pied de l’un d’entre eux avait quelque chose d’intimidant, de surnaturel.

Road Trip - Californie

L’endroit était si incroyable que nous avions du mal à repartir. Il fallait tout de même bien nous y résoudre car il commençait à se faire tard et la pluie commençait à tomber. C’est à regret que nous revenions vers le monde réel en vue de rejoindre notre hôtel du soir. Nous allions ainsi traverser l’immense plaine de Californie avec ses routes infinies et ses champs à perte de vue.

Road Trip - Californie

Nous arrivions finalement à Cambria sur les coups de 20h au terme d’une journée éreintante mais riche en découvertes. Après un rapide repas, nous regagnons notre chambre pour un repos bien mérité.

JOUR 8 : LA COTE CALIFORNIENNE JUSQU’A SAN FRANCISCO

La route du lendemain se déroulait principalement sur la State Route 1 ou Cabrillo Highway, longeant la côte Pacifique de la Californie et permettant de rejoindre San Francisco tout en admirant des paysages sublimes. Plusieurs points d’intérêt allaient retenir notre attention tout au long de cette journée. Les plages de Piedras Blancas en faisaient partie. Elles avaient pour particularité d’héberger des colonies d’otaries. Certaines plages se voyaient ainsi presque totalement recouvertes par les mammifères venus prendre un bon bain de soleil après avoir nagé dans les eaux glacées du Pacifique. Il convenait toutefois de respecter des règles strictes appliquées par les rangers omniprésents. La photo ci-dessous constituait en fait une infraction car je m’étais approché à une vingtaine de mètres de l’animal et avais capté son attention. Un gardien s’empressait de venir me le signaler. Désormais au courant des règles, nous prenions donc nos distances et poursuivions notre route vers d’autres plages sauvages.

Road Trip - Californie

Road Trip - Californie

En ce début avril, les bords de route étaient parsemés de fleurs. Cette époque de l’année a cela de particulièrement intéressant car le temps est généralement clément, ni trop chaud ni trop froid et les couleurs sont magnifiques. Le nombre de touristes est accessoirement fortement réduit, nous permettant ainsi de mieux apprécier les sites visités et de réserver plus facilement des hôtels.

Road Trip - Californie

Quelques miles plus loins et de nombreux arrêts au gré des points de vue, nous allions rejoindre un des joyaux de cette côte californienne : le Pfeiffer State National Park. Une brève promenade allait nous mener à un point de vue magique sur une plage que l’on pourrait qualifier de parfaite. En effet, son sable blanc, ses eaux turquoises, ses palmiers et sa petite cascade semblaient avoir été arrangés comme dans un décors.

Perfection

Tout au long de la route suivante, nous allions passer par des paysages très variés, tantôt des falaises normandes, tantôt des phares bretons ou encore des petites villes typiquement californiennes comme Monterey.

Road Trip - Californie

Nous arrivions finalement au terme de cette longue route en fin d’après-midi. Il était prévu de rendre notre voiture au niveau de l’aéroport de San Francisco, d’où nous prévoyions de prendre le métro afin de rejoindre le centre ville. La séparation avec notre fidèle monture allait se révéler plus douloureuse que prévu. En effet, après avoir parcouru autant de miles à son bord, dormi deux nuits dedans, mangé plusieurs repas et contemplé des paysages magnifiques, nous avions du mal à nous résoudre à laisser les clefs. Nous nous résolvions finalement à redevenir de simples piétons afin de visiter la capitale californienne. Notre road trip à travers le Grand Ouest américain, entre Denver et San Francisco, long de 3200km, s’achevait ainsi. Nous poursuivions notre voyage avec la tête déjà bien remplie de souvenirs, tout en espérant pouvoir renouveler l’expérience un jour prochain.

A bientôt pour de nouvelles aventures.

Fred

Poster une réponse