Skip to content

A la conquête du Sud Lipez et du Salar d’Uyuni

3 semaines entre Pérou et Bolivie, 3 semaines jusqu’à atteindre des lieux d’une beauté incroyable. A ce stade, mon séjour était déjà bien avancé et riche en expériences. En effet, j’avais déjà parcouru de nombreuses villes, sites historiques et montagnes au Pérou. Il était maintenant temps de découvrir les hauts plateaux boliviens.

Ces 4 jours d’exploration dans le Sud de la Bolivie, entre Tupiza et Uyuni allaient largement dépasser mes espérances. Avant de partir, j’avais déjà lu et vu beaucoup de choses au sujet de la région et des tours permettant de la parcourir. A vrai dire je craignais que ces quelques jours ne se résument à rester 4 jours dans un 4×4 avec quelques petites pauses photos. Heureusement, il n’en serait rien. Chaque paysage découvert serait plus grandiose que le précédent et les moments passés à travers ce désert mémorables.

La veille du départ, j’arrivais au petit matin à Tupiza, une petite ville du sud de la Bolivie. Je descendais du bus de nuit en provenance de La Paz. La compagnie Tupiza Express avec ses sièges « super cama » m’avait permis de passer une excellente nuit tout en traversant une bonne partie du pays. Je me dirigeais directement vers le bureau de Natural Adventures, l’opérateur sélectionné en amont à partir des commentaires trouvés sur différents blogs. J’avais hésité avec Alexandro Tours mais les commentaires des conducteurs avec qui j’avais pu discuter pendant le séjour me confirmaient que j’avais bien choisi car la compagnie semblait plus proche du gros business exploitant les guides que du petit bureau bienveillant.

Une fois les quelques formalités réglées, il ne me restait plus qu’à profiter de cette journée à Tupiza. De la ville se dégageait une ambiance de western spaghetti avec ses bâtiments aux toits plats et ses rues à angle droit ouvrant sur une campagne aride. Je profitais de l’après-midi pour découvrir la Puerta del Diablo et le Canyon del Inca, 2 lieux situés à quelques pas de la ville. Le jour commençant à décliner et la traversée du Canyon me paraissant davantage relever de l’escalade que de la randonnée, je faisais rapidement demi-tour afin de ne pas trop prendre de risques et de me préparer pour le départ du lendemain. Le jour du départ, le rendez-vous était fixé à 8h. Je découvrais alors les personnes avec qui j’allais passer 4 jours dans une voiture. A ce stade, je me posais de nombreuses questions : comment vont se passer ces 4 jours dans la même voiture, est-ce que ça sera dur de les laisser à la fin ou serai-je soulagé ? Je faisais donc connaissance avec notre guide Ivès sur qui j’avais lu bon nombre de commentaires élogieux (la star locale en quelques sortes) et quatre français dont un couple et deux voyageuses.

La première journée serait une bonne introduction pour les jours suivants. Elle nous permettrait d’enchaîner de nombreux sites, alternant points de vue, visite du village abandonné de San Antonio, découverte de la vie dans le désert et de la faune locale composée de lamas, d’alpagas, de vigognes et même d’autruches.

Tupiza - Uyuni

Tupiza - Uyuni

Tupiza - Uyuni

Tupiza - Uyuni

Tupiza - Uyuni

Le soir, nous nous arrêtions dans le petit village de Quetena Chico, perdu au milieu d’un plateau perché à 4200m. La nuit tombante, le froid se faisait de plus en plus mordant. L’hébergement, un peu rustique mais propre, s’accordait complètement avec l’environnement. Ivès et l’hôte local nous composaient un superbe dîner qui faisait beaucoup de bien après une si longue première journée.

Le lendemain, nous commencions la journée avant l’aurore. Dés le lever de soleil, nous prenions un peu d’avance sur notre guide pour découvrir le village à pieds et les environs, un bon moyen de se mettre en jambes avant le programme chargé du jour.

DSC_2164

Notre premier stop se faisait au niveau de la Laguna Edionda Sur. Nous apercevions ainsi nos premiers flamants roses du séjour. Avec la gelée de la nuit, leurs pattes étaient restées bloquées dans la glace. Au fur et à mesure que la température montait, ceux-ci commençaient à se libérer et pouvaient à nouveau s’envoler. Je serais bien resté là toute la journée à contempler la scène mais nous avions encore tellement de choses à voir et de chemin à parcourir.

Tupiza - Uyuni

Après quelques autres arrêts et des paysages toujours plus grandioses, nous arrivions au bord d’un salar légèrement inondé. Nous découvrions alors un lieu magique composé d’un bassin alimenté par des sources thermales et placé devant un paysage sans fin. Une fois changés, nous nous immergions dans l’eau chaude et profitions du cadre idyllique. J’avais lu que le lieu pouvait être très fréquenté l’après-midi pour les personnes en provenance d’Uyuni. Pour les groupes partis de Tupiza, bien moins nombreux (moins d’une dizaine de voitures à cette époque) et arrivant le matin, il était possible de profiter sereinement de l’endroit. 

Tupiza - Uyuni

Une fois cette pause relaxante terminée, nous repartions en paix pour un aller-retour jusqu’à la Laguna Verde, située à tout juste deux kilomètres de la frontière avec le Chili. Sur la route, nous parcourions le désert de Dali comme si l’on roulait dans l’univers du peintre : surréaliste !

Tupiza - Uyuni

Tupiza - Uyuni

Tupiza - Uyuni

Nous arrivions un peu avant midi à La Laguna Verde, un moment idéal pour profiter de sa teinte émeraude si caractéristique. La conjonction entre le soleil et la composition chimique du lac faite de cuivre, de magnésium et d’Arsenic produit alors cette teinte particulière. Inutile de dire que la baignade est fortement déconseillée !

L’après-midi serait ensuite l’occasion de découvrir deux autres sites remarquables comme les geysers du Sol de Manana et la Laguna Colorada, si particulière avec sa couleur rouge et ses milliers de flamants roses.

Tupiza - Uyuni

Tupiza - Uyuni

Tupiza - Uyuni

Tupiza - Uyuni

Tupiza - Uyuni

Nous passions ensuite la nuit dans une petite ville perdue au milieu du désert où nous pourrions enfin profiter d’une douche chaude.

Je profitais d’un réveil très matinal le lendemain pour découvrir un peu les rue du village et profiter de la lumière du soleil levant. La journée serait à nouveau ponctuée de nombreuses découvertes de toutes sortes.  

Tupiza - Uyuni

Nuit à Huayllajara - Bolivie

Tupiza - Uyuni

La Laguna Vinto serait la première d’entres elles. Une sorte de paradis terrestre composé de milliers de flamants, de vigognes, de lamas et d’autres animaux. La Laguna Negra, perdue au milieu de formations rocheuses taillées par les intempéries serait aussi un arrêt de choix. Un peu plus loin, nous découvrions le Canyon de Alota marquant notre entrée dans des zones bien plus arides.

Tupiza - Uyuni

Canyon de Alota

Tupiza - Uyuni

L’après-midi nous atteignions la ville déserte de Jullaca avec ses trains fantômes et sa voie ferrée coupant l’immensité en deux. Nous en profitions pour déguster quelques bières locales et réaliser quelques figures sur les wagons abandonnés.

Tupiza - Uyuni

Tupiza - Uyuni

Tupiza - Uyuni

En fin de journée nous rejoignions notre hôtel de sel, sur les bords du célèbre Salar d’Uyuni, une étendue blanche immaculée s’étalant sur plus de 10 000 km². L’hôtel était très particulier avec ses murs réalisé en briques de sel et son sol recouvert de ce qui pourrait s’apparenter à du gros sel de cuisine. Déambulation pieds nus peu recommandée !

Nous rejoignions le Salar pour profiter du spectacle offert par le coucher de soleil. La lumière passait alors de l’orange au rose tout en se reflétant sur l’étendue de sel. Le vent extrêmement fort ne facilitait pas vraiment les photos et le froid se faisait sérieusement sentir.

Tupiza - Uyuni

Tupiza - Uyuni

Tupiza - Uyuni

Tupiza - Uyuni

Nous profitions le soir d’un excellent dîner en compagnie des amis de route, à siroter le vin bolivien. Le lendemain matin, nous repartîmes avant le lever de soleil sur l’étendue désertique. Le lever de soleil nous offrait un spectacle magnifique dans ce paysage infini.

Après de très nombreuses photos et une longue contemplation, nous reprenions la voiture pour rejoindre l’île d’Incahuasi. Nous parcourions ses flancs peuplés de cactus millénaires pouvant atteindre jusqu’à 12 mètres de haut. De son point culminant, nous pouvions apercevoir certaines des limites du Salar situées à plusieurs dizaines de kilomètres de là.

Tupiza - Uyuni

Tupiza - Uyuni

Tupiza - Uyuni

Tupiza - Uyuni

Tupiza - Uyuni

L’immensité uniforme offerte par le Salar permet de jouer avec la perspective et l’on retrouve beaucoup de créations amusantes en ligne. Nous nous prenions finalement au jeu et testions un maximum de combinaisons.

Tupiza - Uyuni

Tupiza - Uyuni

Tupiza - Uyuni

Dans l’après-midi, il était temps de rallier la fin de ce périple de 4 jours qui nous en avait paru bien davantage. C’était l’occasion pour nous de vivre une dernière aventure unique : une course poursuite avec la police !

En effet, nous devions arriver à Uyuni un dimanche d’élections présidentielles. Or, la circulation est totalement interdite ces jours-là. Nous avions tenté de comprendre pourquoi et les locaux nous expliquaient que le but était de faire en sorte d’être sûrs que la population irait voter ; difficile à comprendre si l’on habite loin du bureau de vote ! Il n’empêche que la mesure était sérieusement contrôlée par la police et que des agents étaient postés un peu partout aux abords et en ville. Il ne serait donc pas facile pour nous de rejoindre le centre ville d’Uyuni, la fin de notre aventure. Notre guide improvisait donc une approche furtive à travers le désert, en évitant soigneusement les routes. Tandis que nous approchions de l’une d’elle, nous apercevions un homme se diriger vers nous. Un peu plus près, nous vîmes qu’il s’agissait d’un policier. En moins de temps qu’il nous en avait fallut pour distinguer l’agent, Ivès avait subitement appuyé à fond sur l’accélérateur du 4×4 et avait lancé un demi-tour éclair, faisant gicler des gerbes de sable, masquant au passage notre plaque d’immatriculation. Il partait alors à toute allure au milieu des petites dunes recouvrant les alentours. Nous avions finalement pu échapper au contrôle et notre chauffeur continuait à se renseigner auprès de ses connaissances locales pour choisir le bon itinéraire. Au terme d’un slalom mené de main de maître et de quelques autres demi tour à l’approche des autorités, nous parvenions finalement aux abords de la ville. Les rues étaient alors désertes et nous roulions à vitesse réduite, prenant soin de contrôler chaque rue avant de nous y engager. Un ami de notre conducteur se tenait au milieu de l’une d’elles et avait ouvert son portail. Ivès rentrait alors à vive allure dans la propriété et nous refermions aussitôt les portes. Chacun de nous s’amusait du côté surréaliste de la situation.

Nous terminions la journée par un aller-retour au cimetière des trains d’Uyuni. La découverte n’était pas des plus impressionnantes car il s’agissait simplement d’un amas de trains rouillés en attente d’être découpés, le tout entouré de déchets. Nous revenions ensuite récupérer nos affaires et il était temps pour chacun de se dire au revoir mais surtout de remercier Ivès pour les aventures vécues. Je dirais qu’à ce moment-là, la tristesse était à la hauteur des bons moments partagés durant ces 4 jours dans le sud de la Bolivie.

Tupiza - Uyuni

Tupiza - Uyuni

Tupiza - Uyuni

Le soir, je reprendrais le bus en direction de La Paz, en compagnie des deux amies de la bande avant de les laisser poursuivre leur chemin sur les coups de 5h du matin au niveau de la ville de Patacamaya. A partir de là, je prendrais un Bus Collectivo afin de rejoindre la prochaine étape de mon aventure : Sajama.

Vous aimerez peut-être ces autres articles :
Thaïlande partie 1 : Bangkok

Pour un aperçu du parcours complet entre capitale, montagne, jungle et plages, rendez-vous sur l'introduction et accédez aux autres articles Read more

Thaïlande partie 3 : de la jungle de Khao Sok aux plages de Krabi

Ma découverte de la Thaïlande se poursuivait. Après avoir été immergé 2 jours dans l'agitation de Bangkok et exploré le Read more

Road trip de 7 jours en Sicile

Entre villes anciennes, volcans actifs et plages de toute beauté, la Sicile a de quoi séduire. Disposant d'une semaine libre Read more

Thaïlande partie 2 : des temples de Chiang Maï à la jungle de Chiang Dao

Après une journée et demie passée dans la folie de Bangkok, je reprenais l'avion pour rejoindre Chiang Maï et ses Read more